La sonate de l’anarchiste (litt.)
Etienne Guéreau

Paris, avril 1894. On y fait la connaissance de Fédor, jeune pianiste doté d’un pouvoir quasi-hypnotique lorsqu’il joue devant une assemblée. En plein scandale de Panama, des responsables haut placés vont alors se servir de ce don pour récupérer des documents compromettants. S’engage alors une traque digne des meilleurs thrillers. Après le très remarqué « Clan suspensu », Etienne Guéreau signe ici un excellent roman historico-politique, écrit dans une langue aussi mélodieuse que les compositions du jeune protagoniste.

Un très bon moment de lecture !