Jacques Macé

  • On croit tout connaître de la captivité de Napoléon sur la « petite île » de l'Atlantique Sud. C'est oublier que les sources documentaires n'ont été révélées que progressivement, et que certains historiens, guidés par leur ferveur napoléonienne, ont négligé les témoignages britanniques. Pour ces raisons, l'auteur a retenu la forme du dictionnaire pour donner une vision à la fois actuelle, exhaustive et objective.
    De 1815 à nos jours, chaque personnage français ou britannique y ayant tenu un rôle, chaque site, chaque événement de la captivité y fait l'objet d'un article. Une chronologie détaillée précise l'enchaînement des faits. L'historien y trouvera un indispensable instrument de travail, grâce à une bibliographie spécifique à la fin de chaque notice. L'amateur d'histoire y découvrira de nombreux faits peu connus et quelques énigmes. Le curieux vagabondera à travers le temps et l'espace, à l'aide des liens thématiques établis entre les sujets. Tous y revivront la fin du « plus grand capitaine du monde » sur ce bout de terre qui n'a que très peu changé depuis deux siècles.

  • Laura Marx, fille de l'auteur du Capital, épouse à Londres un étudiant français exilé pour agitation politique, Paul Lafargue. Fervents disciples de leur père et beau-père, ils consacrent leur vie à la diffusion et à la vulgarisation de la philosophie marxiste en France, au côté de Jules Guesde. Polémiste virulent et journaliste ardent, Paul Lafargue devient célèbre en publiant Le Droit à la Paresse texte satirique et provocateur, promesse de réduction du droit du travail. En 1911, à la veille de leurs soixante-dix ans, Paul et Laura Lafargue se suicident en stoïciens pour échapper à l'impitoyable vieillesse et à ses conséquences.

  • Symbolisme. Humour. Poésie. La pièce " Le goût d'Hélène ou Les Croqueurs de Vie " est une fable. Sur le ton d'une farce grinçante et baroque, elle a pour thème le sens du Progrès et la raison d'être du Rêve, dans un monde saturé de technologies et livré à l'économie mondialiste.

  • Polytechnicien et artilleur, Gaspard Gourgaud participe aux campagnes de la Grande Armée. Issu d'une famille d'artistes, il conserve un atavisme de comédien qui lui permet de vivre et de narrer ses aventures avec vivacité, fanfaronnade et humour. Officier d'ordonnance de l'Empereur à partir de 1811, puis premier officier d'ordonnance, il sauve deux fois la vie de Napoléon 1er, à Moscou en 1812 et à Brienne en 1814. Après Waterloo, il revendique l'honneur d'accompagner Napoléon à Sainte-Hélène mais il supporte difficilement les conditions de la détention, se brouille avec ses compagnons et souffre de ne pas rencontrer de la part de Napoléon la compassion dont lui-même fait preuve à l'égard de son idole. Il quitte l'île dès mars 1818 dans des circonstances qui donneront lieu à polémique pendant un siècle et que l'auteur explicite. Sous la Restauration, le général Gourgaud n'hésite pas à manifester sa vive ferveur napoléonienne, agressant par la plume et par l'épée les détracteurs de l'Empereur et ne cessant de réclamer le retour de sa dépouille. Aide de camp du roi Louis-Philippe, il joue un rôle majeur dans l'équipée du Retour des Cendres en compagnie du prince de Joinville. Son Journal de Sainte-Hélène a été publié en 1899 mais ses archives personnelles sont exploitées ici pour la première fois d'une manière exhaustive. Elles permettent de découvrir, au-delà de l'officier téméraire et fier, mais aussi coléreux et hâbleur trop souvent caricaturé, un homme sincère, chaleureux et au coeur ''gros comme ça'', exprimant avec romantisme les cinq passions de son existence : pour sa mère, sa soeur, son fils, sa maîtresse et . . . l'Empereur. Il quitte la scène à la veille de la proclamation du Second Empire.

  • Sainte-Hélène, 5 mai 1821. Napoléon Ier vient de succomber à une maladie de l'estomac. Inhumée sur l'île, sa dépouille va y reposer durant près de vingt ans avant d'être transférée aux Invalides en 1840. Tous les livres d'histoire relatent ces faits.
    Or, ces dernières d'années ont vu émerger les thèses « empoisonnistes » et « substitutionnistes ». Insensées et sans fondement historique, répondent les auteurs. Mais il n'est jamais aisé d'aller à contre-courant d'affirmations aussi sensationnelles. Pourtant, grâce à Thierry Lentz et Jacques Macé, ces questions trop longtemps débattues trouvent ici une réponse définitive.

  • Cet ouvrage rassemble seize textes écrits entre 1955 et 1960 par le philosophe Gaston Berger. Ils constituent les fondements de la prospective dans son acception française. Y sont joints les travaux menés par ceux qui l'ont accompagné dans cette réflexion au Centre international de prospective crée en 1957. Voici rassemblés et rendus accessibles des textes pour donner à redécouvrir ce précieux capital de la pensée française.

  • Sur les cent soixante et une personnes inculpées par le Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie depuis sa création en 1993, six étaient toujours en fuite à la fin du mois dé décembre 2005.
    Parmi elles, Radovan Karadzic et le général Mladic. Nos chers criminels de guerre explique pourquoi la communauté internationale en est arrivée là, dix ans après la signature du traité de Paris qui, le 14 décembre 1995, mit un terme à la guerre en Bosnie. Ce livre s'attache à cerner la part de responsabilité de la France, mais aussi ses efforts dans la traque inachevée. Reconnaissons-le l'engagement des plus hautes autorités de l'État a tardé à se concrétiser.
    Entre 1998 et 2002, sept accusés ont été capturés par les Forces spéciales, au terme de missions dirigées par un maître espion français. On en lira le détail pour la première fois. Parmi les personnels du TPIY, des magistrats et policiers français ont joué, et jouent encore, un rôle de premier plan. Par exemple, pour conduire l'enquête sur le massacre de Srebrenica. Cet ouvrage témoigne de cet engagement jamais démenti ; en cela, il est aussi une chronique d'un combat pour la défense du droit contre la barbarie.
    Alors que les Balkans frappent à la porte de l'Union européenne, la capture des derniers inculpés est devenue une exigence incontournable. Dans le débat sur l'avenir de l'Europe, Nos chers criminels de guerre rappelle cet enjeu, sans complaisance pour les autorités concernées.

empty