© 2020 par Librairie Au fil des Mots

La grande escapade, Jean-Philippe Blondel




Nous sommes en 1975 et tandis que sévit le premier choc pétrolier, mai 68 est encore dans les esprits. Dans le groupe scolaire Denis-Diderot, ce microcosme d'enseignants et directrices et directeurs qui vivent sur les lieux ne semble pas être atteint par ce vent de changement à moins que ...

Entre les parents et les enfants, les familles Goubert, Lorrain, Lespinasse ou encore Coudrier se rencontrent, parlent dans le dos des autres, lient des amitiés qui se défont rapidement et se projettent dans un avenir trop incertain.


Jean-Philippe Blondel qui avait déjà signé le magnifique "La mise à nu" aussi aux éditions Buchet Chastel et désormais en poche aux éditions Folio revient avec un roman choral, sublime et intelligent qui met en scène des enfants intriguant comme le petit Philippe Goubert qui se voit déjà grand intellectuel et qui avec son groupe d'amis s'amuse à traverser les rails de la voie rapide du train juste avant l'arrivée de celui-ci. Une innocence qui se perd pour mieux se retrouver chez les adultes qui eux aussi rêvent, de leurs amours, de leurs amitiés et de leurs futurs qu'ils espèrent radieux.


L'auteur saisit parfaitement le clivage d'une époque qui veut basculer dans la modernité quand elle semble attirée et réconfortée par un ancien passé glorieux.

Un roman façon Petit Nicolas moderne et passionnant.


"La classe des CM2 de Mme Joyeux entre en scène. Les filles - accompagnées des rares garçons de ce groupe, car Mme Joyeux a elle aussi décidé d'aborder la mixité avec parcimonie et circonspection, sont toutes (tous, donc, puisque le masculin l'emporte, ce dont Mme Joyeux ne doute pas) habillées de maillots blancs que Mme Joyeux se refuse à nommer "tee-shirt" puisque le terme n'est pas français, et de robes ou de pantalons noirs."



19 views